02/03/1955: Roi de fils en père

Poète, compositeur, romancier, journaliste, cinéaste, Roi, chef d’État, Premier ministre, puis à nouveau Roi, sept fois marié et quatorze fois père, comment un homme peut-il être tout cela dans sa (longue) vie ?

Pour Norodom Sihanouk, tout a commencé en 1941, lorsque la France lui annonce nourrir des ambitions royales pour lui. Il n’a que dix-huit ans et le but des français est de placer à la tête du Cambodge un roi docile. Il succède alors à son grand-père Sisowath Monivong. Malgré la lourdeur de la tâche, il y prend goût et devient même une première fois chef de son propre gouvernement en 1945, avant de réitérer l’exploit trois fois sous ce premier règne. À force de pratiquer le jeu politique, il obtient l’indépendance totale du Cambodge en 1953. Et là, fait rarissime, voulant se consacrer pleinement à la politique de son pays, il abdique le 2 mars 1955 en faveur de son père, Norodom Suramarit, dont il sera cinq fois le Premier ministre. À la mort du monarque en 1960, Norodom Sihanouk laisse le trône vacant et prend la fonction de chef de l’État pour pouvoir continuer ses actions politiques. Viennent alors dix années de chute où sa politique devient facétieuse et illisible. Il soutient le Nord Viêt-Nam et la Chine mais poursuit et exécute sommairement les communistes khmers de son pays. Les scandales financiers de la famille royale finiront de le conduire à l’exil en 1970. Suite à un coup d’État militaire en son absence, il forme un gouvernement à Pékin et crée le mouvement politique du Front Uni National du Kampuchéa, le FUNK, ça ne s’invente pas. La guerre civile verra son retour au pouvoir en tant que Roi en 1993. Les khmers rouges chutent en 1999. Poussé par l’âge et la maladie, le Roi abdique en 2004 en faveur d’un de ses fils.

Bref, sa vie pourrait faire l’objet d’une vraie saga, sans oublier son attrait pour les lettres qui l’amena à être un des grands créateurs de la francophonie avec entre autres le sénégalais Léopold Sedar Senghor. Si l’on considère également la complexité du dossier de la guerre civile, je préfère ne pas aller plus loin et m’arrêter sur le rêve d’une vie si mouvementée. Bonne nuit, à demain.

Norodom Sihanouk comme vous ne l'avez jamais vu

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s