15/01/2012: L’actualité en marche

Aujourd’hui, la photo du jour n’est vieille… que d’un jour. Actualité oblige, je prends le pas sur le cours normal de ce blog pour vous servir un témoignage encore chaud.
Hier j’étais tranquillement en train de cheminer en bus à travers Paris quand mon moyen de transport favori est détourné de son trajet habituel par un évènement fortuit. Je descendis du-dit bus pour me retrouver, ô joie, au milieu d’une manifestation politique.

Manifestation de soutien à Étienne Tshisekedi, photo Bertrand Orsal (Paris, 14/01/2012)

Le message est simple. Les soutiens d’Etienne Tshisekedi, candidat malheureux aux présidentielles de la République démocratique du Congo (RDC), affirment que les élections de novembre 2011 l’ayant opposé au président sortant Joseph Kabila ont été truquées, avec soi-disant le soutien des chefs d’état occidentaux dont Sarkozy. Or une éventuelle manipulation de l’étranger dans ces élections est –pour l’instant– pur fantasme. En revanche, bien réelle est la préparation d’un scénario ivoirien en RDC. Le pays étant une dictature depuis 1965, Kabila n’a aucune difficulté à imposer sa loi. Mobutu et Laurent-Désiré Kabila, le père du président actuel, lui ont préparé le terrain. Il n’a maintenant qu’une crainte : qu’il lui arrive ce qui est arrivé à ses prédécesseurs, un coup d’état. Et c’est bien ce qu’essaye de faire Tshisekedi en s’inspirant de l’exemple d’Alassane Ouattara en Côte d’Ivoire. Comme lui, il estime avoir gagné les élections présidentielles. Comme lui, il se retranche dans une résidence privée et s’auto-proclame président. Alors est-on au début d’une guerre civile en RDC comme on a pu en connaître en Côte d’Ivoire ? Tout du moins, quelque soit l’avenir du pays, nous ne pouvons qu’être inquiets. Car toujours comme Ouattara, Tshisekedi a également été Premier ministre d’un dictateur passé, ici Mobutu. Est-ce qu’un homme qui occupa trois fois cette fonction dans un régime autoritaire peut prétendre incarner un renouveau démocratique ? Sa fervente opposition à Kabila n’est pas forcément l’expression d’un élan humaniste mais plutôt la conséquence de sa mise à l’écart suite à la chute de Mobutu. Ainsi, les méthodes ne changent pas. Alors que les résultats de l’élection ne le favorisent pas, on ne peut que s’attrister de le voir s’auto-proclamer président plutôt que de réclamer la tenue de nouvelles élections.

Manifestation de soutien à Étienne Tshisekedi, photo Bertrand Orsal (Paris, 14/01/2012)

Et la communauté internationale ? On aurait pu croire que les menaces de baisse d’aide allaient laisser l’exécutif congolais de marbre. Et finalement cela semble marcher. La Commission électorale nationale indépendante prend désormais son temps pour annoncer les résultats des législatives, élections ayant eu lieu le même jour que les présidentielles. A suivre dans les jours qui viennent.
Le moins que l’on puisse dire sur tout ça, c’est reconnaître la qualité de cette manifestation congolaise à Paris. L’apogée arriva au moment où un chant a capela fut poussé par l’ensemble des manifestants, en pleine rue Beaubourg, dépassant en intensité n’importe quel haut-parleur de nos syndicats.
Pour aller plus loin, ne manquez pas les superbes photos du photoreporter Gwenn Dubourthoumieu sur les élections de novembre 2011 en RDC. A demain.

Des supporters du président Joseph Kabila célèbrent son investiture, photo Gwenn Dubourthoumieu (Kinshasa, 20/12/2011, AFP)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s