12/01/2010: Comme un ouragan qui passait sur moi, le séisme a tout emporté.

Trente cinq secondes, c’est parfois suffisant pour changer le destin d’un pays. Plus révolutionnaire qu’une révolution, le séisme du 12 janvier 2010 a tout changé à Haïti. Dans ces cas là, il est plus qu’indispensable de témoigner des actes post-catastrophe, et rien ne vaut une bonne photo. Une nouvelle fois, l’habituée du prix Pulitzer, Carol Guzy, a appuyé sur son déclencheur au bon moment, au bon endroit :

Distribution de nourriture à Cité Soleil, photo Carol Guzy (Haïti, 01/2010)

Malheureusement, Haïti est un sujet prolifique en prix Pulitzer de photographie à travers les ans. Déjà en 2008 les inondations des Gonaïves avaient marqué les esprits.

Frantz Samedi tient le corps sa fille de 5 ans, Tamasha Jean, victime des inondations après que l'ouragan Ike a balayé la ville de Cabaret, photo Patrick Farrell (Haïti, 07/09/2008)

Depuis deux ans des volontaires s’investissent pour que Haïti ne soit plus si vulnérable. Pensons à eux et à leur combat qui ne fait que commencer.

Pour aller plus loin, je vous recommande les travaux photographiques de Carol Guzy et de Patrick Farrell. Sur la vie à Haïti depuis le séisme, ne manquez pas le travail de la photographe Natasha Fillion ici et . Si vous voulez aider, contactez mon amie Alison Thompson, volontaire permanente à WeAvdance. A demain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s