27/12/1958: Cent balles, c’est un Mars ?

Dix ans déjà, dans cinq jours, cela fera dix ans que nous sommes passés à l’euro. Que d’aventures depuis lors !
En France, l’euro a remplacé une monnaie dont le nom remonte à l’an 1360. Cependant, le franc français elle n’a duré que 42 ans sous sa forme finale. L’ancienneté du nom de la monnaie l’avait ancré dans le langage courant. Du jour au lendemain, le 1er janvier 2002, des expressions quasi quotidiennes ont disparu, ou bien ont dû s’adapter. Triste loi de l’évolution. Par exemple, le célèbre « cent balles », désignant la quantité de 100 francs, n’était plus du tout utilisable pour parler de 15 euros. Et pourtant, cette expression revenait de loin, elle en avait vu d’autres.
Déjà en 1958 elle a subi un fâcheux coup du sort. Fraîchement élu président de la république, le général De Gaulle voulut réformer la structure économique du pays. Le ministre des finances Antoine Pinay et l’économiste Jacques Rueff eurent alors pour tâche de dévaluer la monnaie de 17,5% et de créer un franc lourd –si j’ose dire pour les amoureux de la saucisse : un franc fort–, disons plutôt un nouveau franc, le nouveau franc. Leur plan est adopté le 27 décembre 1958 et la nouvelle monnaie mise en circulation le 1er janvier 1960.

Présentation du nouveau franc à la presse par Antoine Pinay (01/01/1960)

Et dans tout ça, que devient notre expression de « cent balles » ? Cela valait 100 anciens francs, et en 1960 cela ne vaut plus que un nouveau franc. Qu’à cela ne tienne, l’expression évoluera et désignera rapidement 100 nouveaux francs. En parallèle, l’expression « dix sacs » –10 000 anciens francs, un sac étant 1000 anciens francs– perdurera mais en gardant sa valeur d’origine. Cela fait 100 nouveaux francs. « Dix sacs » deviendra donc le surnom du billet de 100 nouveaux francs. C’est clair ?

Billet de 100 francs en 1960. Désolé, il y avait un dictateur sur les billets français jusqu'en 1964.

Le dernier billet de 100 francs, "Cézanne", avec une toile du maître de 1880, "Pommes et Biscuits". Ça avait plus d'allure, non ?

De là à dire que tout cela n’est qu’une histoire d’expressions à deux balles… A demain !

Version expérimentale du billet de 500 euros, affiche du NPA lors d'une manifestation pour sauver les retraites, photo Bertrand Orsal (07/09/2010)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s