26/12/2004: Du vague à l’âme

Nous étions tous en train de cuver notre champagne et de digérer notre dinde farcie quand au réveil du 26 décembre 2004, nous apprîmes par la radio qu’un séisme dans l’océan Indien avait provoqué un tsunami sur les côtes d’Asie du Sud-Est. Les premiers bilans, prudents, parlaient de 4000 victimes. En réalité, le bilan final est d’environ 230 000 morts, soit le tsunami le plus meurtrier de l’histoire.

Vue aérienne de Banda Aceh en Indonésie, avant et après le tsunami de 2004

Le tsunami a été tellement médiatisé que les photos ont très vite été dépassées par les vidéos. Vidéos de la vague, des dégâts, des sinistrés. Nous retrouvons la photo dans ces vues aériennes de comparaison avant et après le désastre, une nouveauté pour l’époque. On se rend compte pleinement de la force de la catastrophe, modelant la côte de manière irréversible comme dans l’exemple de Banda Aceh (voir également la photo aérienne actuelle).

« La catastrophe qui finit par arriver n’est jamais celle à laquelle on s’est préparé. » Mark Twain

En 2005, le tsunami a créé un élan de solidarité mondial sans précédent. L’utilisation des fonds soulevés fut un débat important et changea à jamais les relations entre donateurs, médias et ONG, comme le montre la passionnante étude de la communicante Caroline Squarzoni. A l’époque, on a beaucoup parlé d’installer des systèmes de sécurité anti-tsunami, pour pouvoir prévenir les populations en cas de risque. C’est le cas notamment du CTEC, seul système d’alerte au Sri Lanka. Sept ans après, il est maintenant menacé de disparition, faute de fonds. Vous pouvez aider ce centre par un don ou en diffusant cette information autour de vous. Le 24 décembre 2011, Alison Thompson, humanitaire à l’origine du CTEC et auteur du livre « The Third Wave: A Volunteer Story« , a lancé un appel aux dons. Les façons d’aider ne manquent pas. Vous pouvez par exemple adopter un haut-parleur ou bien donner directement au CTEC. A demain.

Chemin d'évacuation en cas de tsunami, photo Bertrand Orsal (Kho Phi Phi, Thaïlande, 04/2011)

Publicités

Une réflexion au sujet de « 26/12/2004: Du vague à l’âme »

  1. 7 ans déjà, j’ai l’impression que c’était hier. Je crois que je n’ai pas vu un seul reportage à la télévision, refus de ce voyeurisme et puis la télé n’est jamais allumée à la maison; juste les informations écoutées à la radio mais j’ai néanmoins des images plein la tête, sans doute suite au livre d’Emmanuel Carrère « D’autres vies que la mienne ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s