25/12/1920: Le Noël Rouge

Créée en 1905 par Jaurès, la Section Française de l’Internationale Ouvrière (SFIO), rassemblement des mouvements de gauche, adhérent à la IIème Internationale Communiste, va vivre un tournant au congrès de Tours, démarré le 25 décembre 1920. En quinze ans, la guerre est passée par là, malgré tous les efforts de Jaurès pour l’éviter avant son assassinat. Les membres de la SFIO ont participé aux différents gouvernements de 1914 à 1918, ce qui leur sera reproché. En parallèle, la Russie a fait sa révolution. Lénine ne veut pas baser le pouvoir communiste uniquement sur le peuple russe, majoritairement paysan et donc non ouvrier. Il appuie la création de la IIIème Internationale Communiste qui rencontrera un certain succès en France. A Tours, une large majorité se désolidarise de la SFIO et crée la SFIC, Section Française de l’Internationale Communiste, futur Parti Communiste Français (PCF). Léon Blum récupère ce qui reste de la SFIO, équivalent du Parti Socialiste actuel.

Marcel Cachin au congrès de Tours, co-créateur de la SFIC (12/1920)

En 2007, Marie-George Buffet obtenait moins de 2% des voix à l’élection présidentielle. Le Parti Communiste a probablement souffert du mode de fonctionnement de la IIIème Internationale, une hiérarchie très autoritaire où chaque section subit les décisions de la section supérieure. On est alors bien loin du pouvoir au peuple. Déjà, au congrès de Tours, voilà comment Léon Blum jugeait cette organisation lors de son discours : « Quel sera le nouveau parti que vous voulez créer ? Au lieu de la volonté populaire se formant à la base et remontant de degré en degré, votre régime de centralisation comporte la subordination de chaque organisme à l’organisme qui lui est supérieur […]. Nous sommes convaincus jusqu’au fond de nous-mêmes que, pendant que vous irez courir l’aventure, il faut que quelqu’un reste garder la vieille maison […] Les uns et les autres, même séparés, resteront des socialistes ; malgré tout, restons des frères qu’aura séparés une querelle cruelle, mais une querelle de famille, et qu’un foyer commun pourra encore réunir. » L’avenir lui donnera raison avec la création du Front populaire.

Le drapeau rouge, photo Bertrand Orsal (Paris, 07/09/2010)

Au XXIème siècle, malgré l’échec du parti historique et l’éclatement des courants de gauche en plusieurs petits partis, le rêve d’un système solidaire n’est pas mort. Il s’est transformé. L’employé de bureau, l’infirmier, l’informaticien, le serveur, le jeune, le vieux… ont rejoint l’ouvrier dans la liste des opprimés, pour former un mouvement mondial d’indignation. Les Indignés n’ont pas de structure unique. Ils s’adaptent à chaque type de société. Par leur forme inédite, ils sont difficiles à stopper pour les autorités. En cela, ils sont à l’image de la nouvelle menace mondiale, je veux parler du système financier international, également impalpable, sans leader unique, indéfinissable en tant que cible, et impossible à arrêter. Du moins, pour le moment.

Parmi les innombrables archives du formidable site de feu l’émission 2000 ans d’Histoire, je vous recommande les différents épisodes sur le Parti communiste.

Et pour le fun, ré-écoutons la chanson de Cyril Mokaiesh sur le sujet et admirons la vision décalée de Stephen Wildish sur les différents dirigeants de la Russie depuis la révolution. A demain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s