24/12/1968: Une année sabbatique pour le Pueblo

Belles gueules, le bras insolent tendu en signe de victoire, chewing-gum et casquette, qu’ils ont l’air en forme, les 82 marins de l’USS Pueblo à leur libération le 24 décembre 1968, après onze mois de captivité en Corée du Nord. En voyant leurs mines réjouies, on peut imaginer que les ressources humaines de l’armée américaine ont décompté leur absence de leurs congés annuels, en ajoutant qu’ils pouvaient s’estimer heureux de ne pas subir un licenciement collectif pour abandon de poste.

L'équipage de l'USS Pueblo le jour de leur libération (24/12/1968, Stars and Stripes)

On peut reconnaître dans cette photo la puissante maîtrise de l’image des étatsuniens. Les marins sauvés grimpent dans un avion, ce qui permet de les voir chacun sur la passerelle, pendant qu’au sol le commandant Lloyd M. Bucher, capitaine de l’USS Pueblo, remercie le général Charles H. Bonesteel III, commandant en chef des forces des Nations Unies en Corée du Sud. Une photo sur le vif ou une composition ? Allez savoir….

L'USS Pueblo lors de sa capture par la Corée du Nord, vue d'avion, photo Frank Murray (26/01/1968, CIA)

Le Pueblo fut une véritable affaire d’état entre la Corée du Nord et les Etats-Unis en 1968. Le bâtiment était un bateau espion chargé d’intercepter les communications nord-coréennes. Sa capture fut relativement facile pour les coréens. Le navire était assez lent et ses systèmes de tir –dont seul un membre d’équipage avait l’expérience– demandaient dix minutes de mise en route. Pendant leur captivité, les soldats furent affamés et torturés et ce d’autant plus violemment après la découverte par les nord-coréens du signal du majeur. Des photos de l’équipage étaient régulièrement publiées par la Corée pour faire croire à leur intégration. Discrètement, les marins se mirent à montrer leur troisième doigt sur les clichés, en prétextant aux autorités coréennes qu’il s’agissait d’un salut hawaïen, signe de bonne chance. Quand le Time Magazine dévoila l’histoire, les otages subirent une « semaine d’enfer. »

Le Pueblo est toujours détenu par la Corée du Nord. Il se visite à Pyongyang. C’est le seul bâtiment de la marine américaine encore captif à l’heure actuelle, et ça devrait le rester tant ce n’est plus un enjeu pour les Etats-Unis, à côté de la menace nucléaire, du respect des droits de l’homme et de la protection de la Corée du Sud.

Je vous recommande les superbes photos d’Eric Lafforgue sur la Corée du Nord sous Kim Jong Il. Il a notamment vu l’USS Pueblo à Pyongyang. A demain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s