22/12/1989: La porte ouverte à toutes les révolutions

C’était prévisible depuis l’annonce du 9 novembre 1989 de Günter Schabowski. Devant un parterre de journalistes, à la question du moment à partir duquel des citoyens de la RDA pourraient aller vers l’Ouest, il avait répondu le fameux « sofort, unverzüglich », traduisez « autant que je sache, immédiatement. »

La porte de Brandebourg à son ouverture (Berlin, 22/12/1989, Bundespresseamt)

En conséquence, le 22 décembre, la porte de Brandebourg est officiellement ouverte. Il est enfin possible de la traverser. Depuis sa fermeture en 1961 elle faisait partie du no man’s land suivant le tracé du mur. Elle était le symbole de la division de Berlin, avant de devenir en 1989 l’emblème de la réunification, de l’unité, « Einheit » en allemand.

La liberté de passage à la porte de Brandebourg, vue du côté Est, photo Bertrand Orsal (Berlin, 28/08/2010)

Même si comparaison n’est pas raison, il est difficile de ne pas faire le rapprochement entre l’automne 1989 et l’hiver 2010/2011. De prime abord, la suite des évènements qui ont conduit à la chute du bloc soviétique peut sembler incroyable, comme une chance inouïe. La révolution de velours en Tchéquoslovaquie, la chute de Ceaușescu en Roumanie, l’indépendance des pays baltes, tous ces évènements ne sont pas que le fruit du hasard et ont surtout été portés par les peuples. C’est également vrai pour la réunification allemande. Fin 1989, elle n’était pas envisagée par les dirigeants politiques à l’est comme à l’ouest. Notamment, Gorbatchev pensait que la préservation du mur était primordiale pour conserver les deux Allemagnes. La chute du mur est avant tout un acte du peuple et en cela on peut faire le parallèle avec la place de la Kasbah de Tunis, la place Tahrir du Caire, et même, allons jusqu’au bout, la Puerta del Sol de Madrid et Wall Street à New York, entre autres.

Maintenant il n’y a plus de bloc soviétique pour cible. La menace est plus insidieuse, le système plus diffus. « Qui commande, qui décide ? […] Nous n’avons plus affaire à une petite élite dont nous comprenons clairement les agissements. C’est un vaste monde, dont nous sentons bien qu’il est interdépendant. » nous dit Stéphane Hessel dans Indignez vous ! Qui décide vraiment ? Au final, c’est nous. Alors allons-y. Agissons.

Pour aller plus loin, ne manquez pas la réédition du best-seller de Stéphane Hessel. Offrez-le, c’est Noël. Vous pouvez le trouver en plus de 35 langues dont le chinois et l’arabe.

Je vous recommande également l’excellent web documentaire sur la chute du mur de Berlin par les journalistes de France 24 Anne Mailliet et Brice Boussouar, prix franco-allemand du journalisme 2010, catégorie internet. Sur la vie du mur et sa chute, vous pourrez trouver des photos poignantes et . Et sur Berlin la belle, actuelle, admirons la ici. A demain.

Publicités

Une réflexion au sujet de « 22/12/1989: La porte ouverte à toutes les révolutions »

  1. Le web documentaire est très bien fait. Merci pour les liens que tu as ajoutés, c’est d’autant plus intéressant et enrichissant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s