14/12/1903: Je vole !

Ce matin là, il fait froid sur les collines de Kill Devil. Le vent souffle sur la petite presqu’île, dernier rempart de la Caroline du Nord avant l’Atlantique. Voilà trois mois qu’ils ont quitté Dayton pour cette vue sur les bois de Kitty Hawk, enchâssés entre les eaux. Les semaines passent, à monter l’appareil dans le petit atelier improvisé, sous les tempêtes quotidiennes. Rien ne fonctionne comme prévu et le retard s’accumule. La mécanique capricieuse fait plusieurs allers-retours à Dayton avant d’être fin prête. Bientôt Noël, il faut se presser, mais comme le 13 est un dimanche, le premier essai d’un appareil volant motorisé aura lieu le 14 décembre 1903.

"Le début du premier vol" avec Orville et Wilbur Wright, photo John T. Daniels (Kill Devil Hills, 17/12/1903), Bibliothèque du Congrès américain.

La date anniversaire n’est pas nette. Le 14 décembre, après avoir gagné le tirage au sort, Wilbur Wright, 36 ans, réussit le premier décollage motorisé, le premier vol motorisé, et surtout le premier crash motorisé, si vous m’autorisez cette répétition abusive. Notons qu’il ne s’est pas blessé. Le 17 décembre, c’est au tour d’Orville Wright, 32 ans, avec le premier atterrissage, motorisé lui aussi.

En bons stratèges, les frères Wright n’oublient pas la communication autour de leur exploit. Ils connaissent la photo. Pour être immortalisés ensemble, ils expliquent à un sauveteur local comment utiliser l’appareil. John T. Daniels va prendre la première photographie de ce que l’on peut appeler un avion. Le rendu est impeccable. La netteté de la photo donne la sensation qu’elle vient d’être prise à l’instant. L’horizon nu en arrière plan nous invite dans le cadre. On y est, prêts à courir au côté de Wilbur pendant qu’Orville pilote. Le cliché possède même cette part de hasard qui fait les grandes photos : la posture de Wilbur, de dos, le vent dans la veste, le buste avancé, la jambe tendue, un vrai pionner de l’aviation prêt à affronter l’adversité pour le bien de l’humanité. L’icône du progrès.

Pour l’anecdote, les frères Wright possédaient un atelier de bicyclettes à Dayton, Ohio. L’Histoire ne dit pas s’ils ont inspiré la citation de Y a-t-il un pilote dans l’avion ? que je paraphrase ici : « Piloter un avion n’est pas différent de la bicyclette, c’est juste beaucoup plus difficile de mettre les cartes à jouer dans les rayons. » Parfois, le cinéma burlesque est plus profond que l’on croit… A demain !

"L'Equipe de Voltige de l'Armée de l'Air" ne serait rien sans les frères Wright, photo Bertrand Orsal (Paris, 14/07/2011)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s